pollen
Christine Bellanger d'Atmo Poitou-Charentes explique le fonctionnement du capteur de pollens en présence de Bernard Jourdain (à gauche), conseiller municipal et Sébastien Dugleux, conseiller général.


L’association Atmo Poitou-Charentes chargée de surveiller la pollution atmosphérique à Niort utilise un nouveau capteur pour mesurer la présence de pollens. Pour Téciverdi, elle a identifié sur le parcours de la Coulée verte les arbres allergisants. Éclairages avec Christelle Bellanger, ingénieur d’étude pour Atmo Poitou-Charentes.

* Quelle est la mission de l’association Atmo Poitou-Charentes ?

Notre association analyse la qualité de l’air sur l’ensemble du territoire régional en utilisant des capteurs automatiques qui mesurent les principaux polluants contenus dans l’environnement. Nous travaillons en étroite collaboration avec le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) et sommes soutenus par le Conseil général. A Niort, nous analysons depuis plusieurs années la pollution de fond liée à la présence d’oxyde d’azote et de poussières. Deux stations de contrôle fonctionnent à l’école Jules-Ferry et rue du Général-Largeau. Notre rôle est de vérifier que la qualité de l’air est en conformité avec les directives européennes. En cas de pic de pollution, une procédure d’alerte est mise en place afin d’en informer les préfets, les élus ainsi que la population.

* Comment fonctionne ce tout nouveau capteur ?

Nous l’avons installé sur le toit des archives départementales pour capter un maximum de particules sur un rayon de 20 à 30 km. L’appareil aspire les pollens pour reproduire en quelques sortes la respiration d’un individu. Ceux-ci se déposent sur un adhésif réactif analysé une fois par semaine. Nos résultats sont soumis à une allergologue avant de les diffuser aux professionnels de la santé. Chaque année, notre surveillance sera menée de février à juillet, puis sera déplacée en milieu rural d’août à septembre pour mesurer les pollens de l’ambroisie, plante particulièrement responsable d’allergies respiratoires.

* Parlez-nous de votre participation au festival Téciverdi ?

Nous proposons au public de découvrir sur le parcours de  la Coulée verte entre le jardin des plantes et l’écluse de Comporté les arbres qui émettent des pollens allergisants comme les bouleaux, les chênes, les frênes. Pendant deux mois, de petits panneaux permettront de les identifier et d’en savoir plus sur leur indice pollinique et leur période de pollinisation. Il faut savoir que 15 % de la population a aujourd’hui des problèmes d’allergies aux pollens. A noter que ces dernières années, nous constatons une augmentation de 25% de cas chez les 15-25 ans. Il nous semblait donc intéressant de profiter du festival pour alerter les Niortais sur ce problème de santé publique.

Source : http://www.vivre-a-niort.com/fr/dernieres-infos/1305/?no_cache=1&cHash=68d3931025

-