"Tous les hommes rêvent , mais pas de la même façon. Ceux qui rêvent la nuit, dans les recoins poussiéreux de leurs esprits, s'éveillent au jour pour découvrir que ce n'était là que vanité. Mais les rêveurs du jour sont dangereux, car ils peuvent jouer leur rêve les yeux ouverts et les rendre possible. C'est ce que j'ai fait". Lawrence d'Arabie.

Chez certains, un regard posé sur un sommet, un paysage, une ligne d'horizon, une carte, une photographie suffit parfois à déclencher les rêves les plus fous. Je me réjouis qu'ils aient choisi Mauzé pour venir nous les raconter et aiguiser notre imaginaire, car il n'est pas de récit plus exaltant que celui d'un aventurier. Peut-être parce qu'il est l'incarnation moderne de cet esprit pionnier que l'on prête davantage aux temps anciens.

Mille raisons dans l'Histoire, ont poussé les hommes à voyager, des plus impérieuses aux plus désintéressées : l’or, les femmes, la volonté de découvrir la planète, de s’exiler en des terres nouvelles. Ni Cook ni Magellan n’ont entrepris leur tour du monde dans le seul but de s’extasier ou de s’épouvanter mais, avant tout, pour découvrir, connaître, comprendre et relater.

Et ces motivations n'ont finalement pas tant changer, vous êtes réunis ici pour en témoigner. Vous qui traversez les frontières pour partir à la découverte de la diversité et de la richesse de notre monde et de ses différentes cultures et qui venez enfin nous les narrer.

De la découverte d'espaces encore vierges à la conquête des plus hauts sommets, de la traversée des océans à la progression lente des continents, on le constate ici à Mauzé, à l'heure du tourisme de masse, le monde se prête encore à mille aventures pour ceux qui les désirent.

Dans un monde où tous les pays semblent à notre portée, l’essentiel demeure : voyager n’est pas seulement se déplacer. Voyager, c’est rencontrer l’autre, le connaître ou le reconnaître. C'est ce trouver ou se retrouver soi-même. Sans aucun doute, le voyage instruit. Notamment sur la fragilité du monde et c'est peut être là le sens commun de vos récits.

Et je terminerai en citant Lamartine à propos de ces voyages "qui élargissent l'horizon si étroit de la pensée, qui posent devant la raison les grands problèmes religieux et historiques, qui forcent l'homme à revenir sur ses pas, à scruter ses convictions sur parole, à s'en formuler de nouvelles."

Je vous remercie d'avoir choisi de faire escale à Mauzé et de participer à ce temps fort de la vie culturelle deux-sévrienne pour partager avec le public la richesse de votre vécu qui est une source infinie d'émotion, d'étonnement et d'admiration.

Je vous remercie de votre attention...           www.festival-aventure-individuelle.fr